Coup de frein sur les recrutements

Coup de frein sur les recrutements

La crise du coronavirus est un choc pour l’emploi. La barre symbolique des 10 millions de Français en chômage partiel vient d’être franchie. Soit un salarié du secteur privé sur deux. Les inscriptions à Pôle emploi ont aussi bondi de 12,6% entre le 15 mars et le 11 avril par rapport à l’an dernier. Les déclarations d’embauches en CDI ou CDD de plus d’un mois ont, elles, connu une baisse historique de 22,6% en mars. Une tendance confirmée par les données LinkedIn. Le taux de recrutement a ainsi reculé de 68% en France par rapport à la même période en 2019. Autre pays touché de plein fouet par le coronavirus, l’Italie connaît elle une chute de 62% des embauches.

Par Sandrine Chauvin, journaliste chez LinkedIn

Les mesures de confinement ont été un choc immense pour l’économie avec un impact direct sur l’emploi.

« Le ralentissement actuel a eu l’effet d’une énorme catastrophe naturelle comme un ouragan, explique Mariano Mamertino, chef économiste chez LinkedIn. C’est la même tendance dans le monde entier : à partir du moment où le confinement démarre et que les principales activités économiques s’arrêtent, les recrutements chutent drastiquement », comme le montre ce graphique réalisé à partir des données LinkedIn

Parmi les secteurs les plus touchés? Les services (-500.000 embauches), loin devant le BTP (-10.785) et l’industrie (-8.924) selon l’Agence centrale des organismes de Sécurité sociale (Acoss). D’après l’Apec, les cadres ne sont pas épargnés par la crise du hashtagCovid19 : les offres d’emplois ont reculé de 40% en mars par rapport à l’année dernière.

« La reprise de l’emploi dépendra évidemment de la réussite de la sortie de la crise sanitaire », prévient Mariano Mamertino.

coronavirus hashtagcovid19france hashtagemploi hashtagrecrutement

✍️ : Sandrine Chauvin et Mehdi Ramdani