Cédric Lagarde (120 ITO) partage son témoignage

Cédric Lagarde (120 ITO) partage son témoignage

Après plusieurs échecs, l’Association Icam alumni a proposé de réaliser des échanges afin de nous accompagner par groupe dans nos recherches d’emploi. Comme toute aide est précieuse, j’ai évidemment accepté.

Mi-janvier, nous avons formé un groupe de 7 personnes accompagnées par Louis de Montety. Il nous a apporté son expérience ainsi que des conseils pour valoriser nos entretiens en s’appuyant sur notre formation Icam.

Nous nous rejoignons une fois toutes les deux semaines pour échanger sur les entretiens de chacun, les avancées, le moral … Nous résonnions également sur ces expériences afin d’enrichir notre présentation. L’idée n’était pas de trouver au plus vite un travail, mais de nous donner des solutions clés en main pour être embauchés dans un métier qui nous anime.

Nous avons travaillé sur divers axes d’amélioration. Par exemple, une présentation face à un recruteur : nous allons décrire nos compétences techniques et il est important de parler de nos soft skills, valorisées par notre formation Icam.

Cette formation généraliste nous a conduits à développer notre adaptabilité dans des défis de différents domaines et notre ouverture d’esprit via le projet d’action sociale ou l’expériment. Ces derniers nous incitent à sortir de notre zone de confort, s’impliquer dans la vie active de l’Icam, apprendre à avoir un regard critique sur nos expériences passées via la PDD, et il faut justement mettre l’accent dessus puisqu’elles nous rendent uniques !

Les ingénieurs Icam sont présents dans divers secteurs d’activités et sont appréciés par leurs soft skills, il est donc judicieux d’utiliser notre réseau pour maximiser nos chances de trouver le job qui nous correspond.

À ce titre, nous avons obtenu deux témoignages de Thibault Vorreux (108 ITO) et Jérémy Pereira (115 ITO) qui ont accepté de nous accompagner sur quelques échanges pour nous conseiller, nous guider sur les domaines d’activités qui recrutent en temps de crise, les mots à dire en entretien…

Ils ont également fait passer des CV : il ne faut pas hésiter à activer son réseau Icam, pas forcément pour demander de passer une candidature mais pour s’intéresser à un métier et ne pas rester fixé sur ses « à priori », surtout en début de carrière.

Le réseau permet à la fois de faire des rencontres, de partager les expériences et également de multiplier les opportunités professionnelles. Rares sont les Icam qui ne vont pas vous répondre. À partir du moment où j’ai activé mon réseau, j’ai eu une croissance du nombre d’entretiens. Du fait de mon expérience, il ne faut jamais refuser un entretien, même s’il n’est pas dans votre domaine d’activité. L’ouverture à d’autres cibles peut vous faire découvrir un métier qui vous intéresse.

Aujourd’hui, les 7 personnes du groupe sont embauchées dans divers domaines d’activités : cet atelier a clairement été une motivation durant cette période. Au-delà des conseils, le fait de se retrouver toutes les 2 semaines nous a donné des objectifs d’avancée dans notre recherche d’emploi.