Quito : dans les starting-blocks !

Quito : dans les starting-blocks !

Les équipes attendent une ultime étape avant de lancer le recrutement : l’obtention d’une autorisation officielle, délivrée par le CES, l’organisme local qui correspond en quelque sorte à notre CTI française.

Les contraintes sanitaires ont considérablement allongé les délais administratifs, explique Pascal Berthouloux, qui pilote ce projet, mais nous sommes confiants.” Cette nouvelle entité est donc accueillie au sein de la “Puce”, l’Université Catholique d’Equateur, qui possède neuf sites à travers le pays, rassemblant 24 000 étudiants. Le site Quito sur lequel l’Icam est implanté, regroupe à lui seul 13 000 élèves. Une équipe dédiée au sein de cette structure se consacre, à mi-temps, à l’ouverture de l’entité Puce-Icam, avec un défi majeur : préparer tous les contenus pédagogiques et les moyens d’accueil, ainsi que la campagne de communication pour le recrutement, afin de lancer l’ensemble très rapidement une fois l’autorisation obtenue. 

Faire connaître la formation

Nous avons lancé, en parallèle, un concours auprès des lycéens, qui consiste à construire une grue à l’aide de pièces de bois. Les jeunes peuvent remporter des prix, ainsi que des réductions sur les frais d’inscription à notre formation. C’est une manière de commencer à faire parler de nous sans recruter officiellement… Nous espérions une dizaine d’équipes, et 67 se sont manifestées, ce qui est vraiment positif !

Côté organisation, l’équipe de Quito est similaire aux équipes Icam du Parcours ouvert : responsable enseignement supérieur, directeur des études, référents domaines, responsable FabLab, responsable projets, etc. Tous travaillent en coordination avec la cellule IPN (Innovation Pédagogique et Numérique) française et les experts des sites Icam, qui ont déjà une bonne expérience du Parcours Ouvert. “La Puce est ravie de sa collaboration avec l’Icam, notamment dans les domaines de l’innovation pédagogique et du lien avec les entreprises. En retour, nous découvrons de nouvelles façons de travailler, dans un vrai rapport d’enrichissement mutuel”.