Nouvelle organisation de la Rencontre Nationale le samedi 29 mai 2021

Nouvelle organisation de la Rencontre Nationale le samedi 29 mai 2021

Le samedi 29 mai matin, sur chaque site auront lieu le matin de 9H15 à 13H00 en présentiel des conférences et tables rondes sur le thème de l’Intelligence Artificielle, de la technique à l’éthique avec la participation de Luc Julia, : Samsung electronics-strategy and innovation center CTO & senior vice president of innovation – cocréateur de l’assistant vocal Siri, Yann Ferguson (docteur en sociologie, enseignant-chercheur à l’Icam de Toulouse), Lucien Castex, Chair of the Scientific Committee, Internet Society… Suivi d’un cocktail vers 13H sur chaque site, l’après-midi il vous sera proposé conjointement avec les Écoles, des activités en cours d’élaboration.

En raison du contexte actuel, il est difficile de connaître l’évolution de la pandémie, nous suivrons bien évidemment les recommandations gouvernementales en vigueur à cette date.

Alexandra Lacombe (117 ITO) rejoint la communauté des docteurs ingénieurs

Alexandra Lacombe (117 ITO) rejoint la communauté des docteurs ingénieurs

Une ingénieure Icam, Alexandra Lacombe (117 ITO), a soutenu avec succès sa thèse intitulée : Influence du procédé de perçage sur l’intégrité de surface et la tenue en fatigue de pièces percées en AA2024-T35. Pendant sa dernière année d’étude à l’Icam, elle a profité de l’accord de double diplôme entre l’Icam et l’université de Toulouse, accessible à tous les étudiants Icam, pour obtenir son Master 2 recherche en Génie Mécanique. Elle a poursuivi ensuite en thèse à l’institut Clément Ader.

Dans les structures aéronautiques, les trous percés constituent des zones critiques à partir desquelles des endommagements peuvent s’initier en fatigue. En fonction des paramètres et des procédés de perçage employés, les industriels constatent des différences significatives de tenue en fatigue des structures percées.

Ces travaux de thèse visent à apporter des éléments de compréhension à cette problématique industrielle, pour le cas pièces percées en AA2024-T351. Ils portent sur l’étude de configurations de perçage industrielles et se focalisent sur deux procédés de perçage : le perçage orbital qui est un procédé présentant de nombreux avantages économiques potentiels et le perçage axial qui est le procédé de perçage conventionnel.

L’objectif des travaux est d’évaluer l’impact de la configuration de perçage sur la tenue en fatigue de la pièce percée, mais aussi sur l’intégrité de surface du trou percé. Cela doit permettre d’identifier les paramètres de l’intégrité de surface pilotant la tenue en fatigue et les paramètres majeurs du procédé de perçage contrôlant l’intégrité de surface.

La première étape des travaux a été de mener des essais de fatigue afin d’évaluer la performance en fatigue de différentes configurations de perçage. Ceux-ci ont révélé des écarts significatifs de durée de vie en fatigue entre certaines configurations de perçage.

La seconde étape a consisté à caractériser expérimentalement l’intégrité de surface des trous percés. Celle-ci a été guidée par un modèle éléments finis prédictif de la profondeur de matériau affectée en sous-surface du trou et de nouvelles méthodes d’analyse (comme la « HOCT ») ont dû être envisagées pour certains aspects de l’intégrité de surface dû à la faible profondeur affectée.

Cette campagne a montré l’influence prépondérante des aspects internes de l’intégrité de surface (écrouissage et contraintes résiduelles) sur la tenue en fatigue.

Enfin, la dernière étape des travaux visait à étudier l’impact des paramètres du procédé de perçage sur l’intégrité de surface. Pour cela, un modèle éléments finis de coupe orthogonale a été développé.

L’influence prépondérante de la géométrie de l’outil sur l’intégrité de surface a été montrée.

Un nouveau site Icam en Equateur

Un nouveau site Icam en Equateur

L’Icam renforce sa présence en Amérique du Sud avec l’ouverture à la rentrée prochaine d’un campus en Équateur.

L’Icam, école d’ingénieurs internationale, officialise sa 12e implantation, à Quito, en partenariat avec l’Université pontificale catholique d’Équateur.

Cette association va permettre de créer des formations en ingénierie aux pédagogies innovantes et créatives, au sein d’une nouvelle entité nommée Facultad Internacional de Innovacion PUCE-Icam.

Le Parcours ouvert y sera proposé dès la rentrée 2021/2022, avec la possibilité pour les étudiants français, africains ou encore brésiliens de l’Icam, de venir à Quito poursuivre leurs études. En savoir plus

Podcast « Parcours d’ingénieurs »

Podcast « Parcours d’ingénieurs »

Depuis le 19 janvier, vous pouvez découvrir la deuxième saison du podcast « Parcours d’ingénieurs ». Jusqu’à la fin du mois de février, vous irez à la rencontre d’ingénieurs et à la découverte de leurs métiers, tous différents. Ils témoignent de la passion qui les anime, et vous racontent ce qu’ils font de leur vie professionnelle.

Abonnez-vous sur Apple Podcasts, Deezer, Spotify ou directement sur ce lien. N’hésitez pas à commenter sur les plateformes d’écoutes et à partager autour de vous les épisodes !

Forum Icam Entreprises

Forum Icam Entreprises

Chers alumni,

Le forum Icam entreprises aura lieu cette année le vendredi 26 mars 2021 à l’espace Champerret.

Dans un contexte incertain, nos étudiants ont encore plus besoin de vous.

Le forum Icam c’est :

– près de 1 000 étudiants en recherche d’alternance, de stage ingénieur ou de premier emploi qui seront présents

– 3 500m² pour que nos étudiants aillent à la rencontre des entreprises

– environ 90 entreprises (soit 300 collaborateurs) se mobilisent ce jour là et une cinquantaine de collaborateurs Icam participent à la journée.

Alors si ton entreprise n’est pas encore inscrite, n’hésite pas à leur en parler.

La plaquette d’inscription est téléchargeable sur cette page.

Réalisation SE : Smart Audit Icam

Réalisation SE : Smart Audit Icam

Le Mémoire Scientifique Industriel (MSI) Usine 4.0 (à La Roche-sur-Yon) et Industrie du futur (à Lille) a pour but de réaliser un diagnostic rapide et ciblé d’entreprises en analysant leur organisation, process et technologies, à travers 5 étapes clés :

1. Démarchage
Premier contact

2. Définitions des ambitions
Introduction au dispositif
en visio ou
par téléphone

3. Rencontre
Visite
Echange
½ jour en entreprise

4. Analyse
Analyse des données avec l’appui de nos différents experts.
Formalisation des axes de progrès
3 jours à l’Icam

5. Diagnostic et ouverture
Brainstorming
Restitution des résultats avec une hiérarchisation des axes d’amélioration possibles.
Accompagnement
à l’Icam

Ce MSI nous permet de développer notre esprit d’analyse, notre compréhension, et d’appréhender une vision d’ensemble de l’entreprise.

Ce projet nous offre l’opportunité et la chance de visiter beaucoup d’entreprises différentes, dans tous les secteurs industriels. Cela développe nos aptitudes professionnelles et commerciales, en plus des connaissances technologiques (orientées usine 4.0 et industrie du futur) approfondies tout au long du projet.

Le cœur du projet s’articule finalement autour de notre faculté à adapter nos recommandations à nos interlocuteurs, tous les dirigeants ont des sensibilités différentes sur l’aspect humain, l’environnement ou les briques technologiques contemporaines qui se reflètent dans leur écoute et dans leur décision.

Pedro MARTINEAUet Joffrey MAZÉ
à l’ Icam La Roche-sur-Yon

Rémi VERMAUT et Nicolas BRICOUT
à l’Icam Lille

 

Retour sur l’afterwork du jeudi 14 janvier

Retour sur l’afterwork du jeudi 14 janvier

Jeudi 14 janvier, plus de 100 ingénieurs et étudiants ont pu participer à l’Afterwork organisé sur le thème de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) et de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Hubert Motte (fondateur de La Vie est Belt), Jean-Baptiste Astau (fondateur de Bhalot), Yoann Malinge (SoScience), Bernard-Gilles Flipo (Vitamine T) er Caroline Bottin (Kiabi – RSE) ont témoigné de leur expérience dans des domaines très variés : recyclage, réinsertion, collaboratif, économie circulaire, innovation, recherche, récupération, responsabilité, sens, etc…

Devant le succès de cet Afterwork, nous envisageons d’organiser prochainement un Afterwork sur les low-techs et invitons tous ceux qui interviennent d’une manière ou une autre dans ce domaine à contacter Yoann Malinge (114 ITO) sur yoann.malinge@gmail.com ou Philippe de Jenlis (76 ILI) sur philippe.dejenlis@orange.fr

Décès de Ghislain DZOMO (109 AAC)

Décès de Ghislain DZOMO (109 AAC)

Douala, le 14 Janvier 2021

Mesdames, Messieurs,

C’est le cœur lourd que nous apprenons avec tristesse le départ précipité de notre frère alumni diplômé en 2009, le regretté Ghislain Dzomo, des suites de noyade par accident le 14 janvier 2021 dans le cadre d’une mission professionnelle au large des côtes du Congo Brazzaville.

Nous joignons nos cœurs éprouvés pour adresser nos plus sincères condoléances à la famille éprouvée, particulièrement à son épouse, Mme Aurore Dzomo, également 109 AAC.

Une commission est mise sur pied afin de coordonner nos actions envers la famille.

Mobilisons-nous autour de notre sœur et de ses proches pour la soutenir au mieux et l’aider à traverser cette épreuve ô combien difficile.

Sincèrement.

Patrick MBAMBA
Président par Intérim

L’enterrement aura lieu le 06/02/2021 à Dschang au Cameroun. Une célébration de messe en Ile-de-France à sa mémoire est envisagée.

Relecture de l’année 2020 par le Père Etienne Grieu sj

Relecture de l’année 2020 par le Père Etienne Grieu sj

Relecture de l’année 2020 par le Père Etienne Grieu sj à l’occasion des vêpres de l’Assemblée de Province le 31 décembre 2020

Nous ne sommes pas près de l’oublier, cette année 2020 !

Pour la première fois depuis très longtemps, nous avons fait l’expérience d’un malheur collectif. La pandémie de Covid 19, c’est cela : un malheur qui touche tous les continents, tous les pays, tous les milieux sociaux, tous les âges, même si bien sûr, certains, plus exposés, moins protégés par des systèmes de santé déficients ou par des conditions de vie déjà précaires, seront beaucoup plus frappés que d’autres. En tout cas, il s’agit bien d’un malheur collectif, qui, potentiellement, peut toucher chacun. On est dans le même registre que les guerres, les crises économiques dévastatrices, ou bien les catastrophes naturelles de très grande ampleur.

Or, cela, nous n’en avions plus fait l’expérience, en France et en Europe, depuis la deuxième guerre mondiale, c’est-à-dire depuis 65 ans. C’était passé hors de notre champ de conscience.

Un malheur collectif, c’est bien entendu, terrible, du fait de son ampleur ; les victimes se comptent par milliers. Cela dit comparé à une guerre, ce que nous connaissons est un petit malheur collectif.

Je voudrais insister sur le deuxième terme de cette expression : malheur collectif. Car il
pourrait, lui, avoir une fécondité et contenir une promesse. Nous avons fait l’expérience d’être frappés ensemble. Je crois que cela peut nous réveiller, sans ménagement, d’un sommeil dans lequel nous nous étions enfoncés, où nous voyions notre destinée ne s’écrivant qu’à la première personne du singulier.

Quand je regarde maintenant les affiches de pub dans la rue, elles paraissent très souvent tout à fait décalées par rapport à ce que nous sommes en train de vivre, notamment quand elles flattent nos fibres narcissiques. Et je me demande alors si ce réveil va durer, ou bien si nous allons bien vite retomber en léthargie.

En tout cas, cet épisode de la pandémie pourrait jouer un rôle important, si nous prenons conscience que le petit malheur collectif qui nous touche peut être vu comme le prélude à un malheur autrement plus gros, celui de la crise écologique et de toutes les tensions qui l’accompagneront ; crise qui, très probablement, se manifestera comme une série de malheurs collectifs, plus ou moins importants, mais qui se succèdent et se répètent et nous mettent à chaque fois face à des défis immenses.

Finalement, en cette année 2020, c’est la question de l’avenir proche de notre monde, de
notre planète, qui commence à se poser, grandeur nature.

Dans Fratelli tutti, le pape François dessine avec deux gros traits rouges, la situation dans laquelle nous sommes : la mondialisation libérale, d’un côté, continue de faire violence à énormément d’hommes et de femmes et de peuples, sans qu’apparaisse clairement des alternatives économiques probantes. Et d’un autre côté, en réaction, naissent des courants 2 populistes, au verbe fort, des courants identitaires, qui ont en commun de désigner des adversaires, des coupables. Or ces deux tendances, en apparence opposées, jouent exactement dans le même sens, elles nous empêchent d’agir ensemble. Elles disqualifient des acteurs, leur faisant perdre toute capacité à participer aux décisions et les rejetant sur le bord.

Le pape François, face à cela, pense que l’on peut s’appuyer sur une autre tendance, présente en tout être humain, la conscience que nous découvrons qui nous sommes dans la rencontre, la relation, à travers les appels que nous nous lançons, les engagements que nous prenons, les soutiens mutuels dont nous sommes capables.

Il me semble que nous sommes engagés dans un combat : cette vision de la destinée
humaine, où l’on a conscience que la valeur numéro 1, c’est ce qui nous relie, va-t-elle l’emporter ? Ou bien allons-nous céder aux sirènes de tout ce qui nous isole et fait de nous des êtres méfiants, refusant de tendre la main ou même l’oreille, seulement avides de nous-mêmes, mais de ce fait, tout disposés à nous auto-dévorer ?

Ce combat est aussi un combat politique ; on l’a vu à travers la campagne américaine et tout ce qui s’est passé autour de la non-réélection de Donald Trump. Mais c’est surtout un combat spirituel. Le grand rendez-vous, pour nous, c’est de redécouvrir que la vie se reçoit des autres ; que c’est ensemble que nous pouvons agir, trouver du sens, créer, louer, servir, faire réponse au don que nous avons reçu.

C’est pourquoi, en cette pandémie, nous pourrions voir une pédagogie pour redécouvrir qu’en réalité, nous vivons les uns par les autres. Non sans humour, le petit virus couronné a choisi de nous apprendre cela en nous séparant les uns des autres. L’expérience du confinement nous a montré on ne peut plus clairement que nous ne pouvons subsister les uns sans les autres.

Et comme croyants, qu’avons-nous découvert ? Peut-être une chose toute simple : à travers tous ces gestes, ces appels qui chaque jour nous réinvitent à l’existence, eh bien, qui travaille, qui est présent ? Nous y voyons l’oeuvre de l’Esprit, celui qui rassemble l’humanité dispersée pour qu’elle trouve son accomplissement en Christ, dans le corps du Christ. Alors, 2020, on pourrait en parler comme d’une année eucharistique, comme la première étape d’une redécouverte de l’eucharistie : ce corps livré pour nous, ce corps creusé, ce corps ouvert pour nous laisser l’espace de former en lui un seul corps.

P. Etienne Grieu sj
(Recteur du Centre Sèvres – Facultés jésuites – Paris)

Retour sur les sessions Emploi-Carrière de janvier

Retour sur les sessions Emploi-Carrière de janvier

Le 8 janvier, la session Rebondir a accueilli 14 participants. Première session de l’année en distanciel : un plaisir de se retrouver !

Le 12 janvier, une session spéciale pour jeunes diplômés : 17 présents dont 4 personnes de la 119. Echanges sur les bonnes pratiques, simulations d’entretiens pour les jeunes diplômés menés par des bénévoles de l’équipe Emploi Carrière et des alumni…

Merci à nos intervenants extérieurs, Sandrine KIRKLAR (ECAM 97) du cabinet ADH Recrutement et Guillaume DIAIS (97 INA) du cabinet EDIFICE.

Merci à tous les bénévoles qui donnent de leur temps pour les jeunes diplômés : Gaël LE DUC, Clément Parigot, Ingrid SOUM, Yannick Bouleau, Michel Gaste, Olivier Delattre, Emmanuel Brunet-Rio, Emmanuel Vallart, Katell Hervouet, Stéphane Vidon…

Nous souhaitons à tous les participants de trouver rapidement le poste idéal !